Les rumeurs sur la venue d'un Prophète

La succession des Prophètes antèrieurs à l'Islam

Il y avait des gens qui réprouvaient cette ignorance généralisée convoitant cette noble fonction et souhaitant être choisis pour elle. Parmi eux figurait Oumayya Ibn Abî As-Salt dont la poésie parlait abondamment de Dieu et des qualités qui lui sont dues au point que le Messager (PSL) dit : "Oumayya faillit embrasser l'islam".

`Amr Ibn Ar-Rashîd rapporte de la part de son père : "Un jour, j'allai voir le Messager de Dieu (PSL)."

Il me dit : "Connais-tu quelque chose de la poésie d'Oumayya Ibn Abî As-Salt ?"

- Oui, répondis-je.

- Vas-y (récite), dit-il. Alors, je récitai un vers. Puis, il me demanda de poursuivre si bien que je lui récitai cent vers."

Les juifs étaient dans l'attente du nouveau Prophète

Allâh a dit: {Et quant leur vint d'Allah un Livre confirmant celui qu'ils avaient déjà, - alors qu'auparavant ils cherchaient la suprématie sur les mécréants, - quand donc leur vint cela même qu'ils reconnaissaient, ils refusèrent d'y croire.} (2/89)

Safiya (ÑÖí Çááå ÚäåÇ) a dit: "J'étais la favorite de mon père et de mon oncle Yâsir. Chaque dois que j'étais en compagnie de l'un de leurs enfants, ils me portaient dans leurs bras. Quand le Messager d'Allah (صلى الله عليه و سلم) arriva à Médine, mon père et mon oncle allèrent le voir. C'était très tôt le matin, entre l'aube et le lever du soleil. Ils revinrent bien plus tard. Ils étaient complètement usés et déprimés, et rentraient d'un pas lourd et lent. Je leur souris comme toujours, mais ni l'un ni l'autre ne fit attention à moi parce qu'ils étaient si misérables. J'ai entendu Abû Yâsir demander à mon père :

- Est-ce lui ?

- Oui c'est bien lui.

- L'as-tu reconnu ? En es-tu sûr ?

- Oh oui ! Je ne l'ai que trop bien reconnu.

- Qu'éprouves-tu à son égard ?

- De l'hostilité ! De l'hostilité à jamais".

Allâh (تعالى) choisit Mouhammed (صلى الله عليه و سلم) comme Prophète de l'islam

La Volontée Suprême ignora tous ces aspirants parmi les poètes et autres orateurs et confia le grand dépôt à un homme qui n'y aspirait pas et n'y pensait même pas: {Tu n'espérais nullement que le Livre te soit révélé. Ceci n'a été que par une miséricorde de ton Seigneur. Ne sois donc jamais un soutien pour les infidèles} (28/86)

L'avènement de la Prophétie

Avant que la Révélation n'ait lieu, des signes annonciateurs étaient montrés au futur Prophète de l'islam (صلى الله عليه و سلم) quand il avait quarante ans environ.

Les arbres et les pierres saluent le Prophète (صلى الله عليه و سلم)

Parmi les témoignages les plus impressionnants qui ont annoncé la future mission prophétique, on note le suivant :

D'après At-Tirmidhî et Ad-dârimî et Al-Hâkim, `Ali Ibn Abî Tâlib - que Dieu l'agrée - dit : "J'avais l'habitude d'accompagner le Prophète - que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui - partout où il allait à la Mecque. Un jour, nous partîmes dans l'une des régions de la Mecque et chaque fois que nous passions près d'un arbre ou d'un rocher, ils saluaient le Prophète disant : "Que le salut soit sur toi, Prophète de Dieu".

Les théologiens affirment que ces évènements avaient lieu au début de la mission du Prophète en guise d'appui et pour lui prouver que la création lui obéira et que son appel sera écouté.

Les songes pieux du Prophète (صلى الله عليه و سلم)

Tout songe que faisait le Prophète (صلى الله عليه و سلم), de jour ou de nuit, se réalisait comme il (صلى الله عليه و سلم) l'avait rêvé comme le témoigne le récit suivant : D'après El Zouhry, 'Orwra le neveu de 'Âïcha (رضي الله عنها) rapporte qu'elle dit : "Le Message de l'Envoyé d'Allâh, quand Dieu voulut l'en honorer er accorder Sa Grâce à l'humanité, débuta par des songes véridiques. Jamais il ne faisait un songe qui ne se révélât aussi clair que le jour [...]"

On rapporte d'autre part que le songe pieux est une des 36 parties de la prophétie.

Les retraites spirituelles du Prophète (صلى الله عليه و سلم) à la grotte de Hirâ

Le Prophète (saws) prit l'habitude de se retirer et prit goût à la solitude. Rien ne lui plaisait plus que d'être seul. Il (saws) choisit pour ses retraites une grotte de la montagne de Hirâ, qui surplombe la Mecque. Son but par là était de de se purifier de l'idôlatrie et de vaines pratiques qui se faisaient autour de lui (صلى الله عليه و سلم).

Cette grotte se trouve sur le haut de Hirâ, qui se trouve au sommet du Mont Nûr (littéralement : Lumière). Situé à un kilomètre à peine de l'emplacement de la maison de Mouhammad (صلى الله عليه و سلم), le Mont Nûr présente un aspect très singulier ; on l'aperçoit d'ailleurs de très loin parmi les nombreuses montagnes qui l'entourent. La caverne de Hirâ' est construite avec des rochers éboulés et entassés, qui en forment trois côtés ainsi que la voûte.

Elle est assez haute pour permettre à un homme de rester debout, sans que sa tête touche la voûte ; et elle est assez allongée pour qu'il puisse s'y coucher.L'allongement de cette cavité se dirige vers la Ka'bah. Au sol, le roc est assez plat, et on peut y étendre des draps pour y faire une couchette.

L'entrée est constituée par une petite ouverture placée assez haut, ce qui oblige à monter plusieurs marches, faites de rochers, avant d'y pénétrer.

Chaque année, il passait tout le mois de Ramadân dans cette même grotte, en méditation et en vie ascétique. De temps en temps, sa femme lui envoyait des provisions ; parfois il rentrait lui-même chercher ce qui lui manquait. Il y eut voyageurs égarés, avec lesquels Muhammad partagea ses maigres provisions. Quand il rentrait de cette retraite, il se rendait d'abord à la Ka'bah, pour y faire les 7 tours rituels, avant de revenir chez lui.

3 votes. Moyenne 4.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×